Mes derniers coups de cœur BD

Depuis l’année dernière particulièrement, je me suis (re)mise à lire des bandes dessinées. Beaucoup de bandes dessinées, à tel point que je n’ai plus de place dans ma bibliothèque. Moi qui lis très très lentement (surement à cause de soucis d’orthophonie non résolus depuis l’enfance) et qui attache aussi beaucoup d’intérêt aux dessins, cette catégorie de livres est faite pour moi.

A travers cet article, je vous propose de retrouver mes coups de cœur BD depuis le début de l’année et vous le verrez, les styles et les sujets traités sont assez différents.

In Waves – AJ Dungo

J’ai lu cette BD durant le confinement, au soleil dans un transat sur ma terrasse.
Bien installée pour me plonger dans l’histoire émouvante d’une jeune femme passionnée de surf qui se bat contre la maladie aux côtés de ses proches.
On aborde ici le sujet du deuil avec finesse et pudeur avec un parallèle un récit de l’histoire du surf qui vient subtilement s’immiscer dans le récit.

J’ai adoré :
le scénario (bien que n’étant pas du tout familière au monde du surf),
le traité graphique avec peu de couleurs,
l’émotion dégagée par l’histoire.

Editions Casterman – 23€

Malgré Tout – Jordi Lafebre

Malgré Tout est une de mes BD coup de cœur de la rentrée. L’album est sorti le 25 septembre dernier, je l’ai acheté et terminé dès le 26 !
Ce livre retrace l’histoire une histoire d’amour impossible entre Ana et Zéno. Chacun à décidé de suivre son chemin de vie pour au final se retrouver des années plus tard.

J’ai adoré :
la légèreté de l’histoire qui donne le sourire,
– les personnages qui sont hyper attachants,
– les dessins et les couleurs magnifiques,
– le récit qui remonte le temps.

Editions Dargaud – 22,50€

Peau d’Homme – Hubert et Zanzim

Peau d’Homme est mon dernier achat BD sur les conseils avisés de mon libraire (au passage, pour les toulousains, je vous recommande la librairie Terre de Légende au 44 Rue Léon Gambetta à Toulouse).
Cette BD se déroule durant la renaissance où une jeune femme destinée à un mariage forcé décide d’endosser une véritable peau d’homme secrètement conservée par les femmes de la famille pour aller à la rencontre de son futur mari.

J’ai adoré :
– le scénario drôle et les réflexions subtiles autour du genre, de la condition de la femme, de l’homosexualité ou même de la sexualité de la femme,
– le personnage de Bianca, héroïne féministe avant l’heure, une femme forte et libre.

Editions Glénat – 27€

Tant pis pour l’amour. Ou comment j’ai survécu à un manipulateur – Sophie Lambda

En février dernier, mon chéri m’a fait la surprise de m’amener au festival de la BD d’Angoulême pour mon anniversaire. Autrement dit… LE PARADIS pour moi avec toutes ces BD partout et cette odeur des livres neufs…
C’est au détour du stand Delcourt que j’ai découvert cette BD qui retrace le récit d’une jeune femme tombée sous l’emprise d’un manipulateur qui doit ensuite se reconstruire après cette relation toxique.
L’histoire m’a particulièrement marquée tant elle fait écho à ma propre histoire et aux difficultés que l’on peut rencontrer lorsque l’on se retrouve dans l’engrenage de la manipulation.

J’ai adoré :
la justesse des mots et des comportements décrits,
– les dessins magnifiques et plein d’émotions,

Editions Delcourt – 23,95€

The Wendy Project – Melissa Jane Osborne / Victoria Fish

The Wendy Project fait partie de l’énooorme stock de bouquins que j’ai acheté à Angoulême.
Cette BD gravite autour de la question du deuil depuis le point de vue d’un jeune garçon qui, rempli d’espoir de retrouver son frère, mêle réalité et imaginaire.
J’ai véritablement dévoré cette BD très prenante et particulièrement émouvante. Les dessins quant à eux sont absolument dingues !

J’ai adoré :
le style graphique et les couleurs,
– l’émotion transmise,
– les personnages attachants.

Editions Ankama – 14,90€

Dans la forêt – Lomig

Dans la forêt retrace l’histoire de deux sœurs qui apprennent à survivre au cœur de la forêt dans un environnement où les ressources se font de plus en plus rares.
Véritable dystopie, cette BD de Lomig interpelle sur les questions de la consommation des ressources naturelles et porte le lecteur à imaginer comment serait la vie si nous venions à manquer d’eau, d’électricité et de nourriture.

J’ai adoré :
– le scénario et l’imaginaire dans lequel nous sommes propulsés,
– la qualité des dessins impressionnante en noir et blanc.

Editions Sarbacane – 24,50€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s