Stérilet au cuivre : mon bilan à 1 an

Après avoir passé près de 2 ans à enchainer des pilules contraceptives qui ne me convenaient pas, j’ai décidé, il y a maintenant un peu plus d’un an, de me tourner vers une contraception plus respectueuse de mon corps et de l’environnement (parce que oui, les résidus de pilule dans les cours d’eau c’est pas une légende !). Niveau contraception sans hormone, on ne peut pas dire que le choix soit vaste, j’ai donc opté pour un stérilet au cuivre (DIU) et mes attentes étaient grandes (douleurs de règles, cycles très irréguliers, problèmes de poids…). Dans cet article, j’avais envie de faire un bilan au bout d’un an et de vous partager mon expérience.

1# La pose du stérilet

La question que tout le monde se pose concernant la pose d’un stérilet c’est sans nul doute celle de la douleur. Ne cherchez pas plus loin. Oui, c’est douloureux et je pense que ça l’est quel que soit votre niveau de sensibilité à la douleur de manière globale.
Bien que n’étant pas très « douillette » et étant habituée aux règles douloureuses, la douleur provoquée notamment par l’ouverture du stérilet dans l’utérus provoque une contraction de celui-ci, une douleur inconnue pour une femme nullipare. Néanmoins, après la pose, vous êtes tranquille pour 5 ans, ça laisse le temps de se préparer à son retrait !
A part la douleur, il faut savoir que celle-ci doit s’opérer durant les règles et il faut être à l’aise avec cela avant de se lancer.
Au delà de ça, je n’ai pas rencontré de problèmes particuliers pendant et après la pose. La douleur s’est dissipé très vite. Au bout d’un an, mon stérilet n’a pas bougé et n’a nécessité aucune intervention gynécologique.

2# Douleurs de règles et tutti quanti

Ce qui m’a notamment poussée à aller vers un stérilet au cuivre, c’est le fait que je ne souhaitais plus prendre d’hormones. Ayant un Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK), je rencontre de réelles difficultés à maintenir mon poids et la prise d’hormones sur un dérèglement hormonal ne faisait qu’accentuer mes difficultés.
Aussi avec un SPOK, j’avais des règles de plus en plus douloureuses avant de passer au DIU, j’espérais beaucoup de ce changement de contraception. Malheureusement, pour les douleurs de règles, il n’y a pas eu du tout d’amélioration dans mon cas. Cela a même été pire. Il n’y a eu un mieux pour moi qu’après consultation d’un ostéopathe. Depuis, les douleurs se sont très nettement réduites.
L’une des autres merveilleuses caractéristiques d’un SPOK, ce sont également des règles irrégulières. Particulièrement touchée par ce symptôme, je me retrouve désormais confrontée à mes cycles naturels avec le stérilet. C’est donc devenu tout à fait commun d’avoir des périodes de règles d’une semaine à 10-12 jours avec un espacement pouvant aller de quasi 2 mois à parfois 10 jours d’intervalle. Le BON-HEUR ! Je suis cynique mais c’est le plus gros point noir pour moi (sans parler bien sûr des conséquences que cela entraine… #SPM #libido).

3# Plus de soucis d’oublis

Je n’avais pas particulièrement de soucis d’oublis de pilule mais c’est vrai que cela soulage de ne plus avoir besoin de penser à prendre sa contraception tous les jours. Charge mentale – 1 000 points avec un stérilet !

Bilan

A 1 an, pour moi le bilan concernant le stérilet au cuivre est plutôt mitigé.
Si je suis très satisfaite d’avoir un moyen de contraception plus respectueux de mon corps, de l’environnement et plus aligné avec mes valeurs, à de nombreux moments, je me demande encore si je vais tenir encore 4 ans avec cette contraception.
L’irrégularité des cycles est pour moi LE gros point noir car au delà d’être perturbante et parfois inquiétante, elle vient très souvent déstabiliser mon équilibre émotionnel global (épuisement psychologique, irritabilité, anxiété).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s